Communiqués

Date : le 7 janvier 2020

Objet : Projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire.

-Télécharger le communiqué de presse -

ÉCONOMIE CIRCULAIRE : LES ASSOCIATIONS DE COLLECTIVITÉS LOCALES SOUHAITENT UN TEXTE DE CONSENSUS

Le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire fera l’objet d’une commission mixte paritaire entre députés et sénateurs ce mercredi 8 janvier. Les associations de collectivités saluent des avancées importantes dans le domaine de l’information du consommateur ou des filières de responsabilité élargie des producteurs, mais appellent aussi les parlementaires à lever plusieurs points de blocage majeurs, concernant en particulier la consigne pour recyclage des bouteilles plastiques, pour mobiliser tous les acteurs de l’économie circulaire.

Après 18 mois de travaux, le projet de loi pour l’économie circulaire va permettre d’améliorer significativement l’information du consommateur, de lutter contre la destruction des invendus, de favoriser l’écoconception par les éco-modulations, de développer de nouvelles filières de responsabilité élargie des producteurs, en particulier dans le domaine du bâtiment.

Néanmoins, les associations de collectivités (AMF, AdCF, APVF, ANPP, France urbaine, Villes de France, AMORCE et CNR) souhaitent rappeler d'abord l'absence de réponse pertinente et adaptée à la lutte contre les dépôts sauvages, ensuite exprimer leur préoccupation sur les conséquences d’une décision précipitée de mise en œuvre d’une consigne pour recyclage en 2023, qui démobiliserait tous les acteurs publics et privés aujourd’hui en charge de la collecte sélective et du recyclage des emballages d’ici cette date. Elles souhaitent donc que soient transcrits fidèlement et précisément les engagements du Président de la République et du Premier ministre, ainsi que l’accord sur la méthode intervenu le 25 novembre qui donnaient priorité aux dispositifs existants et conditionnaient la mise en œuvre de la consigne à l’accord des associations de collectivités.

Au regard des enjeux environnementaux, mais aussi sociaux, sociétaux et économiques majeurs de cette loi, les associations de collectivités souhaitent également que soit retenu le meilleur de chaque version votée respectivement par le Sénat et l’Assemblée nationale pour :

- donner davantage de moyens d’intervention aux collectivités locales, en particulier en matière de lutte contre les dépôts sauvages ;

- lutter le plus efficacement possible contre la prolifération de déchets plastiques non recyclables (qui dépasse très largement la question des seuls emballages et les bouteilles plastiques) ;

- favoriser concrètement et à court terme le réemploi ;

- maintenir le calendrier de mise en place des nouvelles filières REP et généraliser progressivement le principe d’économie circulaire pour les millions de produits de grande consommation orphelins de toute filière de recyclage, de réemploi et de réutilisation ;

- rester ouvert à toutes les solutions de valorisation organique et énergétique indispensables et fiables.

L’objectif est de prévenir et de réduire la production de déchets, ainsi que de limiter au maximum l’élimination sans valorisation des déchets conformément au cadre réglementaire européen ; une telle élimination est néfaste pour l’environnement et de plus en plus couteuse pour les Français en raison de l’augmentation à venir des taxes environnementales.

Contacts

AMF : Marie-Hélène Galin – 01 44 18 13 591 - mailto:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; AdCF : Sandrine Guirado - 01 55 04 89 00 - courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; AMORCE : Julien Baritaux - 04 72 74 93 83 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; ANPP : Michael Restier -  01 40 41 84 13 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; APVF : Sacha Bentolila - 01 45 44 64 00- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;CNR : Bertrand Bohain - 03 20 85 85 22 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; France urbaine : Benoît Cormier - 06 40 86 45 38 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Villes de France : Bastien Régnier –  06 45 50 45 44- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Imprimer Envoyer cette page par E-mail

Communiqués

Date : le 17 décembre 2019

Objet : Consigne sur les bouteilles plastiques

-Télécharger le communiqué de presse -


CONSIGNE POUR RECYCLAGE DES BOUTEILLES PLASTIQUES :
LES COLLECTIVITÉS ACTENT LEUR DÉSACCORD AVEC L’AMENDEMENT GOUVERNEMENTAL


Face à l’impossibilité de trouver avec le gouvernement un accord conforme à la feuille de route issue de la concertation et à l’engagement du Président de la République, les associations de collectivités appellent les députés à refuser, mercredi lors du vote, toute forme de consigne pour recyclage imposée autoritairement et à inscrire, dans le marbre de la loi, les paroles données par le Président de la République et le Premier Ministre.

Les associations de collectivités ont pris connaissance du projet d’amendement déposé par le gouvernement relatif aux objectifs de recyclage des bouteilles plastiques à l’horizon 2029, en application de la directive européenne sur les plastiques à usage unique du 5 juin 2019. Elles prennent acte de la volonté affichée par la ministre de la transition écologique Elisabeth Borne de concrétiser la « feuille de route » élaborée lors des rencontres avec les parties.

Elles considèrent au demeurant que la rédaction de l’amendement gouvernemental, par ses silences et ses imprécisions, n’est pas conforme aux termes des échanges. Pourtant, après plusieurs mois de discussion avec le gouvernement, les associations de collectivités (AMF, ADCF, APVF, ANPP, France Urbaine, Ville de France, AMORCE et CNR), pleinement engagées en faveur des politiques de tri et de recyclage, ont présenté – et après plusieurs versions non retenues- une dernière proposition d’amendement de compromis conforme aux engagements du chef du gouvernement et du Président de la République lors du dernier Congrès des maires.

Cette proposition permet :

  • de respecter les engagements du président de la République comme du Premier ministre qui se sont engagés à une concertation étroite avec les autorités organisatrices du service public de la gestion des déchets et qui ont garanti qu’aucun dispositif de consigne ne se ferait sans les maires et les élus locaux.
  • de mettre en oeuvre un plan de déploiement de la collecte sélective dans tous les secteurs de consommation de bouteilles plastiques : à domicile, hors domicile, dans la restauration rapide, dans les espaces publics et dans les entreprises.
  • d’expérimenter des dispositifs de consigne territoriale dès 2020,
  • de mettre en place une concertation, en 2025, pour faire un point d’étape sur les capacités de récupération des bouteilles plastiques, auprès des ménages, mais aussi dans les lieux de consommation hors foyer (restauration rapide, espaces publics, lieux recevant du public) et dans les entreprises.
  • d’envisager un dispositif de consigne pour recyclage si, en 2025, la preuve est faite en accord avec les représentants des collectivités que la France ne sera pas sur la trajectoire des 90% de collecte en vue du recyclage en 2029, exclusivement lorsque les collectivités en décideront elles-mêmes l’organisation (à titre facultatif), ou lorsque sera constaté, d’un commun accord entre les parties prenantes, un retard manifeste des collectivités d’une région par rapport aux taux de recyclage attendus.

L’accord de méthode entre le gouvernement et les associations de collectivités repose sur ces conditionnalités.

Dès lors, les associations de collectivités signataires de ce communiqué appellent les parlementaires à refuser l’amendement du gouvernement tel qu’il est présenté et à le réécrire pour mentionner ces conditionnalités de manière très explicite.

Au-delà, elles appellent les députés à :

  • préciser que la « feuille de route » Etat-collectivités reposera sur une capacité à différencier les analyses des taux de performance régionaux en matière de recyclage et ne pas imposer un système de consigne aux collectivités qui parviendront à atteindre leurs objectifs en temps et en heure. Cette capacité de différenciation s’inscrit parfaitement dans l’esprit de la future loi dite « 3D » sur la décentralisation, la déconcentration et la différenciation.
  • rappeler que l’augmentation des performances de recyclage, aussi nécessaires soit-elle, ne doit pas faire oublier l’enjeu prioritaire qui est celui de la réduction en amont des productions de déchets par une « éco-conception » des produits et des modes de consommation plus sobres. Elles souhaitent ainsi que la trajectoire à suivre en vue des objectifs de 2029 consacre clairement la montée en puissance du principe pollueur-payeur et son extension à l’ensemble des filières de déchets.
  • fixer avec précision la contribution des éco-organismes au financement de la collecte des déchets « hors-foyers » et la trajectoire de montée en puissance de cette dernière, considérant que l’atteinte de nos objectifs de recyclage des plastiques et la réduction des volumes de déchets à la source dépendront étroitement des gisements de déchets dits « hors foyer ». De cette précision dépendra la crédibilité de la feuille de route et l’équité des efforts demandés à l’ensemble des parties prenantes.

Cette proposition collective de toutes associations de collectivités, alliée aux autres mesures de lutte contre le plastique voté par le Sénat (division par deux des emballages plastiques à usage unique d’ici 2030 et développement des vraies consignes pour réemploi) permettront de respecter les objectifs européens, en généralisant et en simplifiant le geste de tri, qui doit rester le geste citoyen préféré des français pour l’environnement, en protégeant le pouvoir d’achat des français et le service public de proximité de collecte des déchets.

Contacts
AMF : Marie-Hélène Galin – 01 44 18 13 591 - mailto:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; ADCF : Sandrine Guirado - 01 55 04 89 00 - courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; AMORCE : Julien Baritaux - 04 72 74 93 83 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; ANPP : Michael Restier - 01 40 41 84 13 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; APVF : Sacha Bentolila - 01 45 44 64 00- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;CNR : Bertrand Bohain - 03 20 85 85 22 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; France urbaine : Benoît Cormier - 06 40 86 45 38 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Villes de France : Bastien Régnier – 06 45 50 45 44- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer Envoyer cette page par E-mail

Communiqués

Date : le 27 novembre 2019

Objet : Consigne sur les bouteilles plastiques

-Télécharger le communiqué de presse -

CONSIGNE SUR LES BOUTEILLES PLASTIQUES :
LES ASSOCIATIONS DE COLLECTIVITÉS SALUENT LA SOLUTION DE CONSENSUS PROPOSÉE PAR LE GOUVERNEMENT ET SOUHAITENT LEVER TOUTE AMBIGUÏTÉ

A la suite des déclarations du Président de la République et du Premier ministre au congrès des Maires et des Présidents d’intercommunalités sur l’économie circulaire et le recyclage des emballages, le gouvernement, après concertation avec toutes les associations de collectivités et les autres acteurs concernés, a confirmé le 25 novembre un consensus sur les mesures suivantes :

  • donner clairement « priorité à l’extension du geste de tri à tous les emballages plastiques » en expérimentant des dispositifs incitatifs innovants avec l’accord des collectivités (en particulier dans les DROM COM) et au déploiement d’une vraie « collecte sélective hors foyer » pour atteindre les objectifs européens de collecte en vue du recyclage des emballages et en particulier des bouteilles en plastique ;
  • fiabiliser les données de mise sur le marché et de recyclage des emballages ménagers, hors foyer et consommés dans le cadre professionnel ;
  • accompagner efficacement le développement du réemploi dans les emballages ;
  • réaliser un bilan de ces différents dispositifs après 2023 pour s’assurer de leur efficacité et du respect des trajectoires d’atteinte de ces objectifs ambitieux ;
  • en cas d’écart significatif, envisager à partir de 2024, après des études d’impact globales, des dispositifs complémentaires et, « le cas échéant », le recours à des dispositifs de consigne mixte ou pour recyclage, avec l’accord des élus.

Les associations de collectivités prennent acte avec satisfaction de la confirmation officielle de ces engagements par le ministère et salue le travail de concertation et de méthodologie réalisé avec l’aide de l’ADEME.

Cependant, la dernière communication du ministère de la Transition écologique semble suggérer que la consigne pour recyclage serait de toute façon mise en place en 2023, ce qui ne correspond pas aux termes de la concertation et remettrait en cause tous les investissements passés et futurs des collectivités en matière de collecte sélective et de tri des emballages pour simplifier le geste de tri des Français. Les associations signataires seront donc attentives à ce que les engagements du gouvernement soient désormais consolidés dans le texte de loi en cours d’examen à l’Assemblée nationale.

D’ici à 2023, les territoires sont déterminés à participer à l’effort collectif de réduction du tonnage de déchets non réemployés ou non recyclés. Les associations se félicitent de l’engagement du gouvernement à soutenir un objectif national de réduction de la production de produits et d’emballages en plastique à usage unique. Elles appellent également au maintien voire au renforcement des autres dispositions du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire visant à réduire efficacement les déchets non recyclables et en particulier les déchets plastiques, mais aussi les dépôts sauvages, ainsi qu’à accélérer le réemploi et le recyclage, afin d’aboutir à une loi économie circulaire ambitieuse et fédératrice.

Contacts

AMF : Thomas Oberlé – 01 44 18 51 91 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
AdCF : Sandrine Guirado - 01 55 04 89 00 - courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
AMORCE : Julien Baritaux - 04 72 74 93 83 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
ANPP : Michael Restier - 01 40 41 84 13 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
APVF : Sacha Bentolila - 01 45 44 64 00- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
CNR : Bertrand Bohain - 03 20 85 85 22 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
France urbaine : Benoît Cormier - 06 40 86 45 38 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Villes de France : Bastien Régnier - 06 45 50 45 44- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer Envoyer cette page par E-mail

Communiqués

Date : le 4 octobre 2019

Objet : Nouvelle publication « Bien communiquer pour mieux gérer les déchets ».

- Télécharger le communiqué de presse -

LA COMMUNICATION, UNE AIDE POUR LA GESTION DES DÉCHETS :
POURQUOI S’EN PRIVER ?

Pour atteindre les objectifs européens et nationaux de recyclage des déchets ménagers, des progrès techniques ont été opérés ainsi que des améliorations sur les performances de collecte et de traitement de déchets au fur et à mesure des années. Le renforcement de la mobilisation des usagers du service public de prévention et de gestion des déchets est un élément permettant d’y arriver. Le Cercle National du Recyclage a décidé d’étudier la communication mise en place dans le cadre de projets ou de démarches de gestion des déchets et de la restituer au travers d’un ouvrage intitulé :

« Bien communiquer pour mieux gérer les déchets »

Le Cercle National du Recyclage y introduit dans un premier temps les aspects fondamentaux de la communication. Dans un deuxième temps, les expériences de collectivités membres du Cercle National de Recyclage exposent les aspects pratiques de la communication. Enfin dans un troisième temps, les différentes étapes d’une démarche de communication sont recensées et mises en oeuvre au travers de différentes applications selon les situations  rencontrées.

Cette publication a pour objet de fournir aux élus et aux techniciens des collectivités locales des exemples, conseils et idées démontrant le caractère indispensable de la communication dans la gestion des déchets et les possibilités de mise en oeuvre.

Distribué en avant-première à Grenoble lors de l’Assemblé Générale et du 18e forum du Cercle National du Recyclage, ce guide est actuellement en cours de distribution, à titre gracieux, aux intercommunalités, aux régions… en charge de la gestion des déchets, grâce au soutien financier des différents partenaires du projet : Ademe, la région Île-de-France, Corepile, DASTRI, EcoDDS, Ecologic, Éco-mobilier, Eco TLC, ESR (Eco-systèmes et Récylum), Screlec et Valdelia. Il est également disponible à la vente sur le site internet du Cercle National du Recyclage dans la rubrique « Médiathèque ».

***** ***** *****
Contact presse
Cercle National du Recyclage :
Bertrand BOHAIN
Délégué général
Tél. : 03 20 85 85 22 Mail. : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet : www.cercle-recyclage.asso.fr

Imprimer Envoyer cette page par E-mail

Communiqués

Date : le 30 septembre 2019

Objet : Projet de loi "anti-gaspillage et économie circulaire" et Motion du Cercle Natinal du Recyclage.

-Télécharger le communiqué de presse - 

CONSIGNE POUR RECYCLAGE DES BOUTEILLES EN PLASTIQUE :
POUR LE SÉNAT, C'EST NON !

A la quasi-unanimité, le Sénat a adopté vendredi en première lecture le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire en cantonnant la consigne au réemploi et à la réutilisation. Pour cause de « non sens écologique », la consigne pour recyclage des bouteilles en plastique a été exclue du texte présenté par le gouvernement. Le Cercle National du Recyclage tient à saluer les perspectives de progrès écologiques contenues dans le texte voté par le Sénat. Les membres de l'association soulignent leur satisfaction à ce que leurs arguments aient été entendus en particulier en ce qui concerne le risque de désorganisation du service public de gestion des déchets en cas d'instauration d'une consigne des bouteilles en plastique.

Présenté par le gouvernement comme le « marqueur » de la loi en préparation, le retour de la consigne a donné lieu à de riches débats tant en commissions qu'en séance plénière à l'occasion de l'examen par le Sénat du projet de loi « anti-gaspillage ».

Suscitant l'incompréhension voire l'hostilité d'un grand nombre des parties-prenantes de la gestion des déchets d'emballages, les dispositions relatives à l'instauration d'un système de consigne des bouteilles en plastique ont semblé avoir été inscrites dans le texte soumis au Sénat sous la dictée du lobby des industriel metteurs en marché d'eau et de boissons en bouteilles plastique.

A ce stade du parcours parlementaire d'élaboration de la loi, la position des collectivités locales a été prise en compte par les sénateurs qui ont écarté la mise en place d'un système de consigne des bouteilles concurrent de leur collecte par le service public de gestion des déchets. Pour autant, dans une perspective de bénéfice écologique, il reste envisagé que la consigne puisse être utilisée pour favoriser le réemploi ou de réutilisation en vue de l'atteinte des objectifs de réemploi et la prévention à la condition toutefois que le bilan environnemental de cette obligation soit positif.

La position du Cercle National du Recyclage validée par son Assemblée générale

L'Assemblée annuelle du Cercle National du Recyclage a été l'occasion de débattre entre adhérents au sujet du contenu du projet de loi présenté par le gouvernement. Il y a été rappelé combien l'intérêt commun y était absent au seul profit de celui des multinationales de la boisson vendue en bouteilles PET. La méconnaissance de la réalité de l'organisation, des transformations en cours des modalités et des installations de tri, et des performances des systèmes de collecte déployés par les collectivités locales a particulièrement été dénoncée. De la même manière, l'attitude et l'entêtement de Mme la secrétaire d'Etat à soutenir cette mesure a suscité de nombreux commentaires et incompréhensions.

Avant même l'adoption du projet de loi amendé par le Sénat, les membres du Cercle National du Recyclage ont souligné la qualité des travaux menés en commission et l'accueil fait aux arguments fondés et documentés de notre association. A ce titre, le rapport établi par madame Marta de Cidrac au nom de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, l’avis présenté au nom de la commission des affaires économiques par madame Anne-Catherine Loisier tout comme le nombre d'amendements déposés témoignent du sérieux avec lequel les sénateurs se sont emparés du sujet « sur le fond » sans laisser de place aux a priori simplistes ou aux évidences tronquées.

Au terme des échanges, monsieur Jean-Patrick Masson, président du Cercle National du Recyclage, a soumis à l'Assemblée générale le texte de la motion reprise ci-dessous qui a été approuvée à l'unanimité :

« Alors que les acteurs du recyclage ont déjà prouvé leur investissement et leur capacité en permettant un recyclage de 70 % de tous les déchets d’emballages ménagers, les collectivités locales en charge du service public de prévention et de gestion des déchets, les associations, les fédérations professionnelles et les sociétés publiques locales réunies en assemblée générale du Cercle National du Recyclage le 26 septembre :

  • prennent acte des nombreuses avancées pour le réemploi, la réparation, le recyclage et la protection de l’environnement contenues dans le projet de loi relatif à l’économie circulaire ;
  • déplorent la défiance du gouvernement vis-à-vis du dispositif de collecte, de tri et de recyclage des déchets d’emballages ménagers mis en place par les collectivités locales pour atteindre les objectifs européens ;
  • dénoncent une concertation de pure façade quant à l’opportunité de la consigne des bouteilles de boisson en plastique alors que la décision de l’instaurer semble déjà avoir été prise par le gouvernement et que seules sont discutées les modalités de sa mise en œuvre ;
  • regrettent l’absence d’étude d’impact environnemental de la mise en œuvre de la consigne des bouteilles boissons en plastique ;
  • alertent sur le coût démesuré de cette mesure uniquement envisagée pour augmenter la seule collecte des bouteilles boissons en plastique ;
  • s’alarment de la remise en cause de l’extension des consignes de tri à tous les déchets d’emballages ménagers et craignent tant une complexification qu’une monétisation du geste de tri au détriment du recyclage des autres déchets d’emballages ;
  • expriment leur volonté de continuer à œuvrer pour améliorer la collecte et le recyclage de tous les déchets d’emballages dans un climat apaisé de concertation entre toutes les parties-prenantes ;
  • mettent l’accent sur le risque d’un déséquilibre territorial entre les zones urbaines et les territoires ruraux tout comme entre la grande distribution et les commerces de proximité ;
  • insistent sur la nécessité d’accélérer l’extension des consignes de tri à tous les emballages plastiques et de déployer les moyens nécessaires à la progression de la collecte sélective sur tous les territoires avec l’appui de Citéo ;
  • réclament en urgence de vraies solutions pour collecter les déchets d’emballages issus des produits consommés hors domicile en cohérence avec le service public de prévention et de gestion des déchets. »

Au moment où les députés s'emparent à leur tour du projet de loi, le Cercle National du Recyclage se veut plus que jamais porteur d'une vision juste et équilibrée de la gestion des déchets municipaux qui prenne en compte l'intérêt des usagers du service public dans une optique renforcée de protection de l'environnement.

***** ***** *****

Contact presse

Cercle National du Recyclage
Bertrand BOHAIN
Délégué général
Tél. : 03 20 85 85 22 Mail. : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet : www.cercle-recyclage.asso.fr

Le Cercle National du Recyclage a été créé en 1995 pour promouvoir le développement de la collecte sélective des déchets ménagers en vue de leur recyclage et aussi pour défendre l’intérêt général dans le domaine de la gestion des déchets.
L’action politique de l’association qui regroupe tous les maillons de la « chaîne  » du recyclage se fonde sur la priorité donnée au recyclage au sein d’une gestion multi-filières. En ce sens, le Cercle National du Recyclage milite depuis près de 25 ans pour le passage d’une économie linéaire à une économie circulaire.

Consulter la motion du Cercle National du Recyclage du 26 septembre 2019

Imprimer Envoyer cette page par E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites